Aide EDF-GDF: payer vos factures de gaz et d’électricité moins cher

Les temps sont durs, et toutes les économies sont bonnes à prendre, surtout quand on est dans la galère et que pour payer ses factures c’est difficile. Celles qui concernent l’énergie, gaz et électricité ont tendance à faire exploser le budget d’une famille, surtout quand l’hiver se pointe. Si vous cherchez une aide pour payer EDF ou le gaz, sachez qu’en France, si vous aller cogner aux bonnes portes, on ne vous laissera pas sans lumière et sans chauffage, au moins quand il fait très froid. Mais ne perdez pas de vu que cela ne peut pas être éternel. Pour savoir où vous adressez, lisez les conseils qui suivent.

Comment payer une grosse facture de gaz ?

L’aide pour le gaz est réservée aux plus démunis. Contactez le Fonds de Solidarité Logement en cas de difficultés financières ne vous permettant plus de payer vos factures (c’est aussi valable pour EDF).

Il y aura un dossier à monter

La réponse n’est pas immédiate, mais le jeu en vaut la chandelle. Pour vous rassurer si vous êtes anxieux, sachez que dès que le dossier est déposé, cela suspend la coupure d’énergie si elle avait été programmée par GDF, et cela jusqu’à ce que le FSL rende son avis sur votre appel au secours.

Et tout le monde peut être concerné. Ce n’est pas parce que vous gagnez très bien votre vie aujourd’hui qu’elle sera aussi rose demain. Pour obtenir le FSL il faut s’adresser au Conseil Général.

Cet article peut également vous plaire : comment trouver de l’argent quand on en a besoin.

Le CASU : à solliciter quand les caisses sont vides

S’il ne vous ait pas possible de payer du fait de votre situation, prenez immédiatement rendez-vous avec une assistante sociale. Si elle constate que vous ne touchez que le RSA ou que vous êtes sans revenu, ou bien que votre quotidien c’est dégradé à un point tel qu’il ne vous ait plis possible de faire face à vos obligations (régler ses factures), elle pourra solliciter l’intervention de la commission d’action sociale d’urgence auprès du Conseil Général.

Le Contre Communal d’Action Sociale (CCAS)

Il est habitué à s’occuper de cas difficiles, mais son intervention est importante pour ne pas se faire couper le chauffage. Plus tôt vous lui demanderez d’agir, et plus tôt vous réglerez vos problèmes.

Ne comptez pas sur la trêve hivernale pour vous sortir la tête de l’eau. Celle-ci se termine au 15 mars, et c’est encore une période où il fait froid. Si vous n’avez pas agit pendant l’hiver, le retour du bâton devrait être rude.

Penser aux associations

Pensez aussi aux associations : La Croix Rouge, les Restos du Coeur, le Secours Populaire… Elles sont habilitées à vous sortir de la galère, en tout cas en vous indiquant les bonnes démarches à suivre. Demander de l’aide c’est un premier pas pour trouver une solution.

La Croix Rouge

L’association a conscience que beaucoup de personnes sont très mal logées en France du fait de leurs modestes ressources. Cette précarité a pour conséquence de rendre glacial les appartements et les maisons car les gens, faute de moyens, ne se chauffent pas. Avoir froid ne coûte pas un centime…

Ceux qui allument quand même les radiateurs ou qui mettent du bois dans la cheminée le fond à leurs risques et périls, et doivent souvent s’endetter pour le faire, ce qui n’est pas la façon la plus sereine de se sentir bien dans son chez soi.

La précarité énergétique : une réalité en France

Pas la peine de faire l’autruche : des millions de personnes sont dans cette situation catastrophique. Ne pas pouvoir remplir sa cuve de fioul parce qu’on a pas d’argent, beaucoup connaissent. Car le prix de l’énergie ne fait que grimper, bien au dessus de l’inflation. Quant aux salaires…

Choisir de remplir son ventre plutôt que sa cuve (il faut bien faire des choix quand on n’a pas les moyens de tout faire) a des conséquences dramatiques, autres que financières : des problèmes de santé physiques et moraux. Il est vrai que grelotter pendant des mois n’est pas recommandé pour la santé.

Faire de l’avenir un jour meilleur

La Croix Rouge, qui va augmenter le nombre de personnes venant chercher de l’aide pour se chauffer, augmente ses efforts pour faire face à cet afflux. Elle commence, dans la mesure de ses moyens, à traiter l’urgence. En cas de factures impayées, il ne faut pas que le chauffage s’arrête.

Elle va donc parer au plus pressé en agissant financièrement dans un premier temps. Mais payer les factures d’électricité et autres n’est une solution qui ne peut être que temporaire. Cela ne règle pas le fond du problème. Ce qu’il faut, c’est pouvoir intervenir sur le long terme, d’où le partenariat tissé avec un fournisseur historique pour que les impayés ne deviennent pas une histoire  insurmontable et que la fourniture de gaz ou autre soit interrompue.

L’association intervient également un peu plus en profondeur, en allant soigner le mal par la racine. Cela peut prendre la forme de conseils sur la façon d’économiser de l’énergie avec des gestes simples, de rénovation des logements qui en ont besoin, et militer pour la transition énergétique.

Partenariat Croix Rouge et EDF

La signature de cet accord entre les deux entités est historique et profite à tous. Le but affiché : mettre leurs forces en commun pour lutter avec tous les moyens possibles contre la précarité énergétique. On ne peut accepter qu’au 21ème siècle, des gens aient encore froid chez eux une fois l’hiver venu.

Des solutions sont donc trouvées pour que le plus de gens possible puissent se chauffer même s’ils n’en ont pas les moyens. Ainsi, quand une urgence se présente, les bénévoles peuvent agir rapidement en contactant leur partenaire.

Pour les personnes dans le besoin, c’est aussi la possibilité de trouver des bénévoles qui savent de quoi ils parlent et qui peuvent les diriger vers les bons services, leur donner des conseils, et enfin les renseigner sur les démarches à faire pour obtenir une aide matérielle.


Sur le même sujet
: s’adresser aux Restos du Coeur

Le Secours Populaire

Quand on n’arrive pas à régler ses factures, c’est la déprime qui s’installe car lorsqu’elles s’amoncellent, les huissiers ne sont jamais très loin. L’action du Secours Populaire vise à ce que pour les gens à qui ça arrive, il y ait une porte entrouverte, un espoir, une lueur dans ce monde de brutes.

Car sombrer dans le désespoir arrive plus vite qu’on ne le pense. Ne plus avoir de travail, suite à un licenciement ou à une longue maladie est la première marche qui descend aux enfers. Dès que le budget de la famille baisse, il faut revoir ses dépenses et parfois sélectionner les factures à payer, celles qui ne sont pas indispensables étant réservées aux jours meilleurs.

Se retrouver sans un sou : il faut agir

Quand on doit payer son loyer et se nourrir, il ne reste plus grand chose à la fin du mois pour beaucoup de français. Quant aux services sociaux, ils sont vite débordés par tous les demandeurs, d’où l’intérêt de s’adresser à une association qui se bouge pour faire changer les choses : le Secours Populaire est de celles-là.

L’action d’un bénévole peut parfois rapidement débloquer une situation qui était très mal engagée. On peut parfois arrêter une procédure avec pas grand chose, un coup de fil avisé par exemple. Car il est aussi dans l’intérêt des producteurs d’énergie de ne pas laisser les choses s’envenimer.

Le Secours Populaire tisse des partenariats

Lui aussi fait son possible pour s’inscrire sur le long terme, et cela passe par des relations étroites avec les fournisseurs d’énergie, notamment avec cette possibilité de trouver rapidement le bon interlocuteur, celui qui va pouvoir débloquer un dossier. Les bénévoles doivent aussi être mieux formés, pour faire face à l’urgence. A noter également : l’implication dans le développement durable de l’association

Et pour diminuer sa facture ?

Cela passe par des travaux d’économie d’énergie, et pas forcément par baisser le chauffage. En isolant son logement, on évite des déperditions de chaleur, et donc une consommation excessive. Ce n’est pas parce qu’on est propriétaire qu’on a les moyens de faire faire ses travaux, ou d’acheter le matériel nécessaire.

Si vous êtes dans ce cas là, contactez l’ANAH

C’est elle qui dispense « le fonds national d’aide à la rénovation thermique des logements privés ». Cet argent doit servir à ceux qui en ont besoin, pour améliorer leur quotidien. Bien sûr, ce soutien est subordonné, entre autre, à des conditions de revenu. Les travaux concernés sont eux aussi restrictifs. Pour plus d’infos, contactez l’ANAH.

La précarité n’est pas une fatalité : le tarif social

On distingue plusieurs tarifs sociaux : le TSS et le TPN.

Ce sont des réductions, par rapport au tarif qui est appliqué pour le grand publique, qui permet par exemple de payer son électricité moins cher, mais aussi son eau, son gaz ou ses consommations téléphoniques urgentes.

Si vous y avez droit, vous recevrez dans votre boîte aux lettre une attestation le mentionnant, et les fournisseurs seront directement prévenus (s’applique si vous touchez déjà la CMUC).

Pour vérifiez que la réduction a été appliquée, rien de plus simple : il suffit de consulter votre prochaine facture ou cette déduction doit être indiquée noir sur blanc.

Si rien n’apparaît, c’est qu’il y a un problème, peut-être dû à des coordonnées erronées, et peut-être que votre dossier de sécu n’a pas été mis à jour. Il faut ainsi toujours à donner sa nouvelle adresse si vous avez déménagé.

Rappelons que c’est l’assurance maladie qui calcule vos droits à ces prix spéciaux et qui en informe elle même directement les organismes.

Comment savoir si j’ai le droit au tarif social ?

Pour le toucher, Il y a un plafond de revenu à ne pas dépasser dans l’année écoulée ou être déjà au CMU. La réduction qui va s’appliquée va être calculée en fonction des personnes qui composent votre cellule familiale et de ce qui est réellement consommé.

Le plafond :

L’aide GDF, en plus de la réduction pour la résidence principale va concerné les frais de mise en service, qui seront gratuits, ainsi que des déplacements moins chers pour les techniciens en cas d’intervention. Pour ceux qui sont en chauffage collectif, un chèque de rattrapage vous sera envoyé en fin d’année.

Avoir une réduction sur votre facture d’électricité

EDF n’est pas en reste par rapport au gaz de France, à condition d’avoir un contrat de fourniture ouvert en bonne et due forme. Les conditions d’attributions sont les mêmes, concernant les ressources et le plafond de revenus. Même chose pour les démarches à effectuer et ce qui se fait automatiquement (le TPN).

Si vous n’y avez pas droit

Ce qui peut aussi être le cas, contactez votre conseiller EDF, pour trouver ensemble des solutions de paiement, et tenté d’échelonner le règlement de la dette dans le temps. Cet arrangement peut vous éviter une coupure de courant. Chaque cas étant différent, il y a sûrement une solution à vos problèmes. Ne vous laissez pas submerger par les impayés, et agissez !

Les organismes à contacter

En plus de ceux cités un peu plus haut dans l’article, vous pouvez vous rapprochez de la CAF de votre département, mais aussi des points services aux particuliers (PSP), de votre mairie, des associations de quartiers ou d’un organisme de médiation sociale partenaire. Vous y trouverez écoute et soutien.

Le Chèque Energie

Mais qu’est-ce-que c’est donc que cela ? Il est envoyé sur la base des ressources déclarées. Les bénéficiaires vont ainsi recevoir un coup de pouce pour régler les dépenses liées à l’énergie, sans distinction des modes de chauffage.

L’année dernière, seuls 4 départements en ont bénéficié. Le dispositif est étendu à tout le monde en 2017.

Que peut-on payer avec ?


Car c’est bien beau de recevoir son petit chéquier dans sa boîte aux lettres, mais il faut aussi qu’il serve ! Tous les combustibles sont concernés : bois, gaz, fioul, électricité, charbon… Et même les charges si le chauffage est directement compris dedans. On peut même financer une partie de ses travaux s’ils concernent la rénovation pour gagner en isolation.

Pour régler, il suffit d’adresser ce chèque au fournisseur, qui doit l’accepter s’il est dans la liste. Il va déduire la montant de la somme due lors de la prochaine échéance. Attention à ne pas dépasser la date de validité qui est indiquée dessus.

Régler ses travaux avec

Seuls ceux qui concernent la consommation d’énergie (pour la minorer) sont concernés par le dispositif d’aide. Mais on ne peut pas les faire soi même pour économiser : il faut passer par un professionnel certifié RGE.

Dans le cas des travaux (et uniquement pour eux), si dépassement de la date de validité du chéquier il y a, on peut le remplacer par un nouveau.

Le Médiateur National de l’énergie

Il intervient pour régler les différents qui opposent les créanciers aux (mauvais) payeurs, ou vice-versa. Ainsi, les clients peuvent le saisir pour résoudre un litige qui semble mal embarqué.

Plusieurs motifs ou problèmes rencontrés peuvent justifier ce genre de réclamation : une facture beaucoup plus élevée que la consommation réel du logement, des augmentations qui n’ont pas lieu d’être, un raccordement qui ne se fait pas malgré les relances incessantes, du fioul qui n’arrive pas…

Comment le saisir ?

Après avoir épuisé toute votre énergie avec le service client du fournisseur en question. Il est possible de le contacter par téléphone. Un grand nombre de problèmes peuvent être réglés très vite : ENI, ENGIE, Direct Energie, EDF… Ont tous un service qui gère les réclamations. Pour trouver leurs coordonnées, il suffit de regarder sur son contrat.

Si ce premier contact téléphonique ne donne rien, il faudra prendre sa plus belle plume pour expliquer le litige par courrier au médiateur et joindre les pièces nécessaires venant confirmer ses dires à son envoi, afin que le médiateur ait toutes les pièces lui permettant de rendre le conseil le plus juste.

Faire appel au médiateur : la dernière étape d’un long chemin

L’opérateur a deux mois pour donner sa réponse à un client mécontent. Passer ce délai, on peut saisir le médiateur (on a 10 mois pour le faire). Même chose si le client n’est pas d’accord ou satisfait de la réponse. C’est un service qui est gratuit : rien à payer ni aujourd’hui, ni demain.

Adresse du médiateur :

Médiateur national de l’énergie

Libre réponse n° 59252

75443 PARIS Cedex 09

Si vous êtes dans la galère, on peut vous souhaiter que cela ne dure pas trop longtemps. Mettez vous en action dès les premières difficultés, ne vous dites pas « je vais le faire demain », car chaque jour qui passe vous enfonce un peu plus.