Aides financières pour femmes enceintes (CAF, RSA, chômage)


Pour qu’une grossesse se passe bien, le mieux est de trouver des réponses à ses difficultés financières. Etre enceinte et au RSA n’est pas une fatalité, et attendre un enfant en étant au chômage permet de bénéficier de l’aide aux personnes sans ressources. De la même manière, être enceinte et faire un prêt n’a rien d’incompatible. Même sans revenu et sans logement, des solutions existent, à condition de savoir où les demander.

 

Etre enceinte et avoir droit à des aides financières


Pour une femme qui travaille, être enceinte n’est pas un problème. Lors de l’arrêt pour grossesse, c’est la sécurité sociale qui prend le relais. Les indemnités journalières de maternité doivent en principe compenser le manque à gagner, même si elles sont plafonnées. Mais pour en bénéficier, il faut soit être en poste, soit avoir suffisamment travaillé les mois précédents.

Après, il y a des aides financières qui sont allouées, que l’on travaille ou que l’on soit une femme seule sans revenu : un versement de 912 euros au titre de la prime du 7e mois, et une allocation de naissance, de 182 euros par mois, jusqu’au 3 ans de l’enfant. Pour des jumeaux à venir, ces sommes sont doublées, le tout sous condition de ressource.

Quant aux allocations familiales (à ne pas confondre avec une aide pour personne au RSA), elles commencent à être versées à partir du deuxième enfant, cette somme évoluant à chaque enfant supplémentaire. Pour les couples séparés, et en cas de garde alternée, cette somme est partagée entre les deux parents.

Un besoin d’argent urgent ? A lire aussi, nos conseils pour trouver des aides financières.


La déclaration de grossesse


Pour avoir droit à toutes les aides légales, qui permettent à la femme enceinte de ne pas se retrouver démuni pendant sa grossesse, il faut penser à faire les bonnes déclarations au bon moment, auprès des organismes divers, et de son employeur.

Pour les jeunes mères, bien penser à s’inscrire dans une maternité dès le début de la grossesse, et d’informer la CAF de l’enfant à venir. Pour bénéficier des allocations spécifiques de la CAF, bien penser à faire les examens en temps voulu qui prouvent le suivi de grossesse, et nous l’espérons, son bon déroulement. Contacter sa CAF, c’est aussi l’occasion de prendre toutes les informations sur les aides à venir.

Nous recommandons aux futures mamans de penser au plus tôt à l’inscription en crèche, quelle que soit sa situation. Etre au chômage n’empêche pas d’avoir le droit à une garde d’enfant, surtout si on a prévu de retravailler après sa grossesse. Il faudra la déclarer à Pôle Emploi. Pour les femmes qui travaillent, même chose à faire auprès de l’employeur, ce qui permettra de bénéficier d’éventuelles dérogations pour des horaires adaptés.

 

La prise en charge des soins en cas de grossesse


L’aide publique est réservée à toutes, qu’elle que soit la situation personnelle et professionnelle de la femme enceinte. Un accouchement, c’est toujours une épreuve, et mieux vaut être bien informée, en particulier sur la prise en charge des examens et de l’hospitalisation, qui ont un coût important. Bien sûr, une femme seule mineure et sans emploi ne sera pas logé à la mémé enseigne qu’une majeur au RSA. Toutefois, à la condition de vivre en France, il est toujours possible de se faire accompagner financièrement, au moins dans les premiers mois.

La prise en charge des frais de santé


La sécurité sociale prend en charge les frais pendant la grossesse, et le coût de l’accouchement. Les frais de santé sont donc pris en charge à 100 %. Cela comprend les consultations, les examens et l’hospitalisation. Pour les femmes qui ne peuvent faire l’avance du ticket modérateur, il faut se rendre dans une PMI, ou tout est gratuit. La PMI est le lieu idéal pour une femme sans ressources qui est enceinte.

Si une femme enceinte n’a pas de couverture sociale, ou est mal couverte, il y a toujours le moyen de bénéficier de la CMU. La couverture maladie universelle s’adresse aux personnes sans emplois, et plus particulièrement aux chômeurs qui ne reçoivent aucune indemnisation. Une femme qui touche le RSA, pourra, à certaines conditions, en faire aussi la demande. La CMU complémentaire viendra s’ajouter et fera office de mutuelle. Pour en bénéficier, il faut se rendre à son centre de sécu. Une fois couverte, la femme enceinte sous CMU n’aura plus aucuns frais à avancer à l’hôpital.

N’avoir pas de papiers et être enceinte ? L’aide médicale d’état peut prendre le relais. L’AME prend en charge tous les soins liés au futur bébé, même le forfait hospitalier.

Aide pour femme enceinte seule sans emploi


aide financière bébé

L’allocation de soutien familiale est versée à la mère en cas de séparation si le père refuse de versée une pension alimentaire, ou s’il n’est pas en mesure de le faire, du fait de sa situation (personne au RSA ou au minimum Assedic). Cela peut parfaitement être une aide pour une femme enceinte sans ressources, et constituer un petit complément de revenu dans le cas où elle devrait assumer seule le coût de son enfant. Par contre, pour pouvoir en bénéficier, il faut engager une action en justice contre le père qui ne remplit pas ses obligations.

A lire d’urgence si vous etes enceinte et au chômage : obtenir un prêt pour chômeurs

Bénéficier du RSA quand on est sans ressources

Le revenu de solidarité active, c’est l’assurance de toucher une somme d’argent, même si elle n’est pas très élevée. Mais le RSA peut-être majoré pour une femme enceinte qui se retrouve seule et qui n’a plus de travail. Ainsi, même si il faut en principe avoir 25 ans pour toucher le RSA, une exception est faite pour les jeunes filles de – de 25 ans en situation de grossesse.

Le RSA majoré évolue selon un barème relatif au nombre d’enfant à charge. Une femme seule avec trois enfants recevra plus d’aide qu’une femme isolée avec un seul enfant.

L’aide du CCAS

Le centre communal d’action sociale peut aussi aider les jeunes mères dans le besoin. Si une grossesse est en cours et que voue êtes seule, sans travailler, il est possible de s’adresser au CCAS le plus proche qui pourra dispenser une aide financière, appelée aide de l’enfant secouru. Aucun montant n’est pré-défini, c’est le CCAS qui calcule ce que la jeune maman a besoin pour boucler son budget mensuel, et il fait en fonction. Dans les cas les plus urgents, l’aide pourra être mensuelle, le temps que la situation s’améliore.

A noter : une femme d’origine étrangère en situation régulière a tout a fait le droit de recevoir les mêmes prestations. Pour celle qui n’est pas régularisée, il existe l’aide médicale d’état, pour la prise en charge des soins. A cela peut s’ajouter l’aide financière du CCAS.

L’aide de la CAF pour femme enceinte

Bien sûr, la CAF est connue pour ses aides au logement. Mais les futures mamans sans ressources peuvent demander à bénéficier d’un secours d’urgence. En effet, une mère au RSA, ou une future maman sans emploi, ce n’est jamais facile à vivre, surtout quand le père ne veut pas s’impliquer financièrement. Le prêt d’urgence de la caisse d’allocations familiales ne s’adresse pas qu’aux femmes enceintes, mais elles peuvent faire plus facilement partie des personnes en situation précaire, surtout si elles cumulent grossesse et RSA.

Vous souhaitez aménager la chambre de votre futur bébé mais vous n’avez pas les revenus suffisants pour faire un crédit auprès d’une banque ou d’un organisme financier ?  Il est possible que vous ayez le droit a une Aide de la CAF  comme par exemple un pret sans intérêt. Renseignez-vous auprès de la Caisse d’allocations Familiales la plus proche de votre domicile.

Réduction diverses pour enfants nés ou à naître

Il est possible de cumuler plusieurs petites aides, qui misent bout à bout, permettent de faire des économies chaque année.

La carte famille nombreuse SNCF

La carte pour famille nombreuse reste une référence à la SNCF, même si depuis, de nombreuses autres sources de réduction sont disponibles. Elle permet de payer ses billets de train moins cher, et de bénéficier de réductions sur les transports en règle général, sauf les avions. Elle est délivrée à partir de trois enfants.

Avantages impôts

Les deux premiers nés apportent à leurs parents beaucoup d’amour, mais aussi chacun ½ part, qui fera baisser les impôts du foyer. A partir du troisième enfant, on passe à la vitesse supérieure, avec une part entière.

Même chose pour la retraite ; avoir eu trois enfants permet de faire augmenter sa retraite de 10 %.

Aides financières après la naissance


Il y a des délais à respecter, mais si tout est fait en temps et en heure, la naissance d’un enfant donne certains avantages.

aide grossesse

Ainsi, le père commence par bénéficier de quelques jours de congés, dans les deux premières semaines. A lui de choisir s’il préfère les prendre avant ou après l’accouchement. Un congé de paternité pourra aussi y être associé. Il y aura quelques formalités administratives à accomplir, comme informer sa CAF, sa mutuelle, et sa sécurité sociale.

Si les aides sociales ne suffisent pas, ou si la famille à des projets plus coûteux, avoir un enfant permet de débloquer son épargne salariale. Ce déblocage anticipé reste exonéré fiscalement, s’il est fait dans les six mois qui suivent la naissance de l’enfant.

Besoin d’une voiture après la naissance ? Retrouvez toutes les infos sur les emprunts pour acheter un véhicule et les aides financières auto.

Aides pour faire garder son bébé

Une des solutions, peut-être la meilleure, consiste à aider les parents (au moins un des deux) à garder l’enfant dans les premiers mois. Il est ainsi possible de demander un congé parental d’éducation, que l’on soit fonctionnaire ou dans le secteur privé. Pour les parents qui ne peuvent pas faire autrement, et surtout pour ceux qui doivent se débrouiller seuls, il est envisageable de demander une aide à la garde pour parents isolés. Cette aide est valable pour une femme demandeuse d’emploi qui vient de retrouver du travail, ou qui démarre une formation.

Le premier enfant, c’est souvent être démunie face au mode de garde. Quant on travail, c’est bien pour les fiances, mais difficile pour faire garder bébé. Le fait de le confier à une assistante maternelle agréée, ou à une crêche, donne droit à une prise en charge par la CAF d’une grosse partie des frais de gardes, cela fait partie des aides sociales pour la jeune maman. Etre une femme isolée peut aussi permettre d’accéder plus facilement à une place en crèche, dans les grandes villes, les places sont chères…

Aides pour une personne en difficulté et enceinte


Pour conclure, nous allons donner quelques conseils aux personnes en difficultés. Les femmes enceintes qui recherchent des aides financières sont souvent au chômage ou sans logement ou avec un contrat précaire (intérim, enceinte et en CDD) ect…

Si le droit aux Assedic est terminé, le revenu de solidarité active a pris le relais. Celui-ci ne fait pas partie des aides financières pour les futures mamans, mais est accessible à tous ceux qui sont dans le besoin et sans travail, à condition d’avoir 25 ans. Le RSA est donc également une allocation pour une femme seule et enceinte.

Il faut faire la demande de RSA à la CAF, ce qui sera également l’occasion de connaître toutes les aides financières pendant la grossesse. Attendre un enfant, c’est aussi pouvoir profiter de l’aide de la CAF pour une femme enceinte.

A la recherche d’une association qui aide les femmes enceintes ? Il est aussi possible de s’adresser à l’aide sociale à l’enfance, présente dans chaque département.

Enfin, s’il est possible d’obtenir des aides financières quand on est enceinte, ne pas oublier l’allocation de rentrée scolaire, dés que le petit entrera à l’école primaire… La question est évidement de savoir si celle-ci existera toujours à ce moment là !

Leave a Reply