Pour les femmes entrepreneurs : le Fonds de Garanti à l’Initiative des Femmes (FGIF)

Se lancer dans l’entreprenariat en France n’est pas simple, et les choses se compliquent encore un peu plus quand on est une femme, l’entreprise restant un monde d’hommes. Pour palier à ce déséquilibre lors de la création d’entreprise, il y a le FGIF : le fonds de garanti à l’initiative des femmes. Son rôle : apporter aides financières et garantie bancaire à celles qui en ont besoin pour démarrer leur projet.

 

Le financement bancaire des femmes entrepreneurs


France Active Réseau, acteur actif du monde économique et de la création d’entreprise le sait : les femmes sont désavantagées lorsqu’il s’agit d’aller voir son banquier et de demander un prêt bancaire. Certains vieux clichés perdurent encore dans la tête de quelques ronds de cuir. Au nom de l’égalité a été créé le FGIF. Il s’agit d’un fonds de garanti qui va leur permettre d’obtenir les moyens de se lancer, en venant compléter un apport personnel par exemple. L’apport du FGIF va leur faciliter l’obtention d’un prêt bancaire, le fonds apportant sa caution pour permettre un déblocage des fonds plus facile.

 

Une garantie bancaire pour les femmes

Le plus dur pour un auto-entrepreneur qui se lance reste d’obtenir un prêt bancaire suffisant pour compléter son plan de financement. Et on sait à quel point les financiers sont frileux à desserrer le cordon de la bourse, surtout en temps de crise. Ce qui pêche souvent dans les dossiers de demande de prêt, c’est l’absence ou l’insuffisance de garanties. L’intervention de France Active Réseau auprès de ses partenaires, après avoir travaillé sur la fiabilité du projet d’entreprise avec le créateur va donc venir palier ce manque.

A lire aussi pour tous les créateurs : le renouvellement de l’ACCRE.

Les aides financières pour les femmes créatrices d’entreprises ne sont pas si nombreuses que cela (il s’agit même de la seule au niveau national), et tous les coups de main sont bons à prendre. Attention, il ne s’agit pas d’un crédit pour une femme qui crée sa société, mais bien d’une aide à l’obtention de celui-ci (prise en charge de la caution à hauteur de 70%). Elles éviteront ainsi de donner leur caution personnelle (ce qui peut les plomber en cas de cessation d’activité, même si les banques ont tendance à se couvrir pour les 30% restant) et pourront bénéficier d’un taux d’intérêt correct.

 

Les caractéristiques de ce financement


Quand on monte sa boîte, on a besoin d’argent pour beaucoup de choses, mais en particulier pour financer les investissements nécessaires au démarrage, ainsi que pour le bfr, le fameux besoin en fonds de roulement. Comment se calcule-t-il ? En fonction des décaissements. Si on prend l’exemple d’une librairie, il faut de la trésorerie pour payer les grosses échéances, notamment en fin d’année. Une femme peut donc solliciter un prêt avec l’appui de France Active en amont (avant le démarrage) mais aussi pendant la phase de développement.

pret femme entrepreneur

Attention : il se peut que le prêt ainsi contracté mette un peu de temps avant d’être débloqué. Ne jamais dépenser de l’argent que vous n’avez pas encore sur le compte de l’entreprise… Pour infos, les crédits vont de 5000 à 27000 euros, tout va dépendre du projet et des besoins de financement. Côté remboursement, les mensualités s’échelonnent entre 2 et 7 ans. De plus, cette garantie à un coût : 2,5% de la somme en question.

Comment en bénéficier ?

D’abord, il faut être une femme, une vraie, pas moyen d’arriver déguisé. Toutes les entreprises peuvent postuler à cette aide là. Il n’est pas obligatoire d’être sans emploi au moment de la demande, ou une femme isolée. Tous les secteurs d’activité sont concernés, à condition de renvoyer le dossier téléchargé sur le site de France Active dûment complété.

A noter : il faut mieux d’abord avoir un contrat de prêt et une proposition d’amortissement de la part de sa banque. La sollicitation de la garantie intervient dans un second temps. En cas de difficultés, il est possible d’avoir un soutien quand à la recherche de ce prêt.

Notre avis : tout ce qui permet de lutter contre le chômage est bon à prendre. Si le FGIF peut permettre à des entreprises de voir le jour, c’est une bonne chose.