Peut-on avoir deux mutuelles en même temps?

Une complémentaire santé permet de se faire rembourser ce que la sécurité sociale ne prend pas en charge, comme les soins dentaires par exemple. Mais peut-on cumuler deux mutuelles ? La question se pose quand celle que l’on a rembourse mal, ou pas suffisamment. Dans ce cas là, il n’y a pas de loi interdisant un cumul à condition que le remboursement n’excède pas 100% des soins. Les avantages d’avoir plusieurs mutuelles santé sont donc réels, et peuvent s’appliquer dans certains cas.

Est-ce légal ou pas ?

La loi est claire : chacun a le droit d’avoir plusieurs mutuelles, pas d’interdiction. Une seule règle à respecter : il n’est pas possible de se faire rembourser plus que ce qu’on a débourser pour se faire soigner.

Mais attention de ne pas tomber dans le piège de la surcomplémentaire santé, car il vous faudra payer 2 cotisations, et qu’elle que soit la qualité de votre comparatif lors de la souscription, l’addition risque d’être lourde. Car même si on a l’impression de faire une bonne affaire sur le moment, à la fin de l’année, quand on fait ses comptes, on peu être largement perdant.

Privilégier le haut de gamme ?

Pour ceux qui sont souvent malades, et qui ont besoin de lunettes ou de soins dentaires, mieux vaut monter en gamme dans sa mutuelle, et ainsi être bien couvert, ou bien en changer si on n’est pas satisfait (ne vous laissez pas avoir par les délais de résiliation).

Comment faire ?

Le procédé est le suivant si on a 2 complémentaires santé : on envoie son décompte sécu à la première, qui complète. S’il manque encore un peu pour être bien remboursé, on envoie le dossier à la seconde, qui viendra compléter le remboursement de sa collègue. Attention : 1 seule sera liée à l’assurance maladie.

Possible ou pas ?

Pour résumer, rien ne s’oppose donc au cumul. Mais il y a d’autres moyens de contrecarrer une mauvaise prise en charge si on doit faire face à de nombreux frais. Cela ne sert donc à rien, hormis à payer des cotisations disproportionnées.

Car ce que vous n’avez pas le droit de faire, c’est arnaquer le système, cela serait trop facile. Imaginez : vous n’avez qu’à souscrire à 10 mutuelles différentes et empocher le jackpot à chaque fois que vous allez voir le médecin… Cela n’a aucun sens ! Mais la logique des choses est parfois difficile à entendre pour certains, enfin passons. Mais si vraiment vous insistez pour être couvert 2 fois plus, reste la solution de la sur-complémentaire.

Qu’est ce qu’une surcomplémentaire santé ?

On parle ici d’un remboursement de troisième niveau, qui n’est donc pas à mettre sur le même pied que la sécu (niveau 1), la mutuelle qui y est rattachée (niveau 2). Elle intervient à la fin du cycle, pour éventuellement compléter ce qui manque. Généralement, on peut y faire appel quand il s’agit de changer de lunettes ou de se faire « réparer » les dents. Les adeptes du dépassement d’honoraires ou de l’hôpital américain peuvent aussi y avoir recours.

Pour choisir son prestataire, il faut savoir que toutes les assurances santé n’offrent pas ce service.

La mutuelle va devenir obligatoire

Important: tous les employés du privé devront souscrire à une mutuelle obligatoire (Loi ANI). Et c’est les employeurs qui devront s’en occuper, la note venant se déduire du salaire, mais que ne ferions nous pas pour être bien protégé ! L’employeur devra lui aussi passer à la caisse, puisqu’il en prendra la 1/2 à sa charge.

Une fois de plus, nous somme infantilisés par un état qui se substitue aux parents, à la conscience, et à toutes nos libertés. Heureusement, des exceptions, nombreuses, sont prévues à cette mise en place d’une couverture collective ne laissant plus de place au libre choix de chacun. Et le timing est serré puisque tout sera réglé en début d’année prochaine.

Pour résumer : peut-on demander le remboursement à deux mutuelles de santé en même temps ?

Vous devez avoir fini par le comprendre, ce n’est pas possible. C’est une après l’autre. Si vous faites se télescoper les demandes, au final, vous risquez de ne rien vous faire rembourser. Et puis, on ne sait jamais, peut-être que la première suffira.

Soyez donc raisonnable, et optez donc pour une meilleure couverture plutôt que de faire des doublons qui vont vous coûter cher et vous compliquer la vie. Et puis si votre mutuelle actuelle est si mauvaise que cela, changez-en ! Tant pis pour elle, elle n’avait qu’à mieux vous rembourser. Attention toutefois avant de changer : on sait ce qu’on a, mais on ne sait jamais ce qu’on va avoir. Vous prenez le risque de déchanter.