Défichage FICP (BDF) : notre guide pratique !

Etre interdit bancaire, ce n’est pas une fin en soi, et bien heureusement ! Le fichage BDF ne dure qu’un temps, et son inscription sur le fichier des interdits bancaires finira par disparaître. La durée du fichage FICP dépendra de ce qu’on a fait pour en arriver là, et des actions mises en place pour en sortir. Cette régularisation permettra de demander un crédit après un défichage FICP, dans les limites de ces capacités de remboursement, bien entendu.

 

Faire une demande de défichage BDF express


Ne plus être inscrit au fichier FICP de la Banque de France, c’est possible, les délais du fichage ayant été notamment raccourcis depuis la nouvelle loi Lagarde. Cette modification de la durée a changé plusieurs choses, notamment dans la possibilité d’obtenir des crédits à la consommation. Les organismes de crédit classiques, comme Cofidis, Cetelem, Mediatis et Sofinco ayant durci leurs conditions d’acceptations, notamment pour mieux protéger les consommateurs des dangers du crédit.

Intéressé par un prêt personnel ? Lire notre article sur les différents prêts à la consommation

Combien de temps doit-on attendre pour se faire déficher automatiquement des fichiers d’interdit bancaire de la BDF ?

Une procédure de rétablissement personnel équivalait avant 2010 à 8 ans de fichage FICP. Depuis la loi Lagarde, l’inscription a été ramenée à 5 ans. Même chose pour sortir du fichier surendettement de la Banque de France. La durée de 10 ans a été divisée par 2, et n’est plus maintenant que de 5 ans, sauf à avoir manqué à ses obligations de remboursement.

Cette possibilité de gagner du temps,  en étant défiché plus vite, permet notamment à certains d’éviter d’entrer dans une procédure de surendettement, et donc de pouvoir emprunter à nouveau. En étant fiché, aucun organisme de crédit ne voudra prêter de l’argent, puisque la consultation du fichier BDF FICP est obligatoire avant d’accorder tout nouveau prêt.

 

Comment se faire déficher ?


Un fichage est très rapide : deux échéances de crédit non remboursées, et c’est la possibilité de se retrouver sur le fichier des incidents de remboursement de crédits. Le résultat est immédiat : plus de crédits à l’horizon, même avec un bon salaire. Pour pouvoir emprunter de nouveau, il faudra attendre au choix : la fin de l’inscription, ou d’avoir rembourser ses dettes. Dans ce cas, c’est la fin rapide de sa présence dur le fichier FICP, dès que la BDF prend connaissance de la régularisation.

 

Comment racheter ses dettes ?


Là-dessus, les propriétaires sont avantagés. En effet, ils ont un bien immobilier à mettre en garanti, et peuvent donc faire jouer la garantie hypothécaire. Par contre, le risque est de perdre sa maison ou son appartement. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Toujours pour les propriétaires, il y a la possibilité du réméré : vente de son bien, on reste locataire, et on paye un loyer d’occupation, avant de racheter le bien à une date prévue.

Pour les autres, ceux qui ne possèdent pas de bien immobilier, c’est ce qu’on appelle le rachat de crédit sans hypothèque. Le plus dure, dans cette situation, sera de trouver des organismes de crédit qui accepteront de prêter de l’argent. A chacun d’apporter la preuve de sa bonne condition financière au moment de l’emprunt.

La fin de l’inscription

Ceux qui n’ont rien à vendre vont devoir attendre que le fichage prenne fin, même si les dettes ne sont pas encore payées. Dans quel cas, il est possible qu’un plan de redressement prenne la suite, et mène à un fichage allant jusqu’à 8 ans. Huit années, ce sera le dernier mot de la Banque de France, impossible d’aller légalement plus loin. En cas de liquidation judiciaire, si le redressement personnel a été prononcé, la punition sera de cinq ans.

Existe-t-il des crédit pour un fiché Banque de France ? Retrouvez tous nos fiches pratiques sur le sujet :

Pourquoi est-on inscrit FICP ?


trop de crédits

Il ne faut pas oublier que l’inscription sur les fichiers de la Banque de France est faite dans l’intérêt de la personne fichée BDF. En effet, ne plus pouvoir faire d’emprunt évite souvent d’aggraver sa situation. Faute de merles on mange des grives, et si on le peut, on rembourse doucement ses dettes. Toutefois, cela entraîne des difficultés importantes : pas de découvert autorisé, pas de prêt conso possible, des moyens de paiement limités (chéquiers et CB ? Tout dépend de la relation que l’on entretien avec sa banque).

Nos conseils pour ne plus être sur le fichier FICP de la Banque de France :

Commencez par savoir pourquoi vous vous retrouvez dans cette situation hasardeuse. Elle peut être le résultat d’un dépôt de dossier de surendettement, ou du signalement d’une société qui n’a pas vu ses traites honorées (l’importance de la dette n’est pas en cause, mais plutôt le nombre de mensualités non payées). Reste à trouver les créanciers, mais cela ne devrait pas poser trop de difficultés. Il suffit d’entrer en contact avec la BDF pour cela, leurs noms ne sont pas confidentiels.

Avant d’entrer dans un salamalèque administratif, la première chose à faire doit être de tenter de négocier. Les créanciers ne sont pas idiots, ce qu’ils veulent, c’est récupérer leur argent. Avec un peu de bon sens, ils ne devraient pas être contre une diminution des mensualités. Par le jeu des vases communicants, la durée augmentera, mais c’est un moindre mal, même si cela risque de coûter plus cher en intérêts à régler.

Comment sortir du surendettement ?

stop FICP

Situation non enviable, loin de là, le surendettement amène son lot de nuits d’insomnie. Pour en sortir, il va falloir réduire la voilure, et rogner sur toutes ses dépenses habituelles. Les locataires n’auront pas d’autres solutions que de rembourser, même en prenant leur temps. Pour les propriétaires s’offre une autre alternative : le rachat de crédit FICP. Certaines banques le font, à condition de ne pas avoir multipliés les chèques sans provision, et de n’avoir pas trop de créanciers. Enfin, la vente éventuelle du bien doit couvrir les dettes, dans leur totalité.

Pour aller plus loin : Besoin d’argent en urgence ? Notre fiche conseil, à lire rapidement.

La vente en réméré : une solution pour éviter les saisies


Cet acte de vente n’est pas anodin : on risque de perdre son bien immobilier si on ne respecte pas les termes du contrat, donc prudence. Avant de se lancer dans un réméré, nous conseillons de tenter le rachat de crédit pour FICP.

Qu’est-ce qu’un rémére ?

Le principe est simple : on vend sa maison à un acheteur, tout en y restant locataire. On contrepartie, on verse un loyer au nouveau propriétaire. Lors de l’acte, une période de rachat est définie, souvent à court terme. On a alors le droit de racheter notre maison, au tarif mentionné dans le contrat. Cela suppose de pouvoir se sortir de ses difficultés financières assez rapidement, et surtout d’avoir les moyens de le faire. Un réméré ne se souscrit que si l’on a de grosses rentrées d’argent en perspective, permettant de liquider rapidement ses dettes.

Il faut toujours passer par un notaire lors d’une vente en réméré. Concrètement, on peut se servir de l’argent de la vente pour régler ses dettes, ne plus être fiché BDF et FICP, et faire un nouveau prêt pour racheter son bien une fois ce moment venu.

Sortir du surendettement


Il est important d’avoir tout tenté avant de se lancer dans un réméré. Ensuite, il faut bien comprendre les tenants et les aboutissants d’un tel projet, évaluer sa faisabilité, et s’assurer que la rédaction du contrat devant notaire ne vous désavantage pas (mieux vaut prendre son propre notaire, et non celui de l’acheteur). En cas de procédures de saisies en cours, le notaire pourra les faire stopper s’il contact les créanciers.

Demander un rachat de crédit pour sortir du fichier FICP

Le rachat de crédit permet-il de ne plus être sur le fichier des incidents des crédits aux particuliers ? Quand on se retrouve BDF, c’est que l’on n’a pas été capable d’assurer l’échéance de ses prêts. La règle du jeu consiste donc à rembourser toutes les échéances « oubliées » pour pouvoir retrouver son auréole de parfait client bancaire.

Comment obtenir un rachat hypothécaire de crédit FICP

Il faut d’abord vérifier que la situation n’est pas sans issues. Pour voir une banque reprendre ses dettes, lorsqu’elles sont inscrites FICP, il faut remplir certaines conditions. Les propriétaires sont les plus chanceux, à condition de ne pas perdre leur bien : une mise en hypothèque permettra plus facilement un rachat de crédit FICP.

Toutefois, un fiché BDF qui est en contentieux avec plus de 2 sociétés de crédits est mal embarqué. C’est la limite : pas plus de 2 prêteurs lésés. Ensuite, les chèques sans provision : l’encours maximum de chèques en blanc est de 2500 euros. Au dessus, la banque estime que le client présente un profil risqué…

Le mieux reste encore de faire estimer son bien immobilier, pour connaître le montant maximum du rachat de crédit auquel vous avez droit. Ensuite, le comparer avec le montant de ses dettes. Il faut que celui-ci soit de 20 % moins élevé que la valeur du bien pour que le rachat se fasse. En attendant, il faut continuer à régler ses dettes, et faire profil bas : pas d’incident depuis 6 mois, c’est une règle pour obtenir un rachat de dettes FICP.

Le défichage FICP n’est pas aisé, mais à l’impossible nul n’est tenu. Quand on a connu des soucis de remboursement, il faut faire le dos rond, et prendre le temps de se rétablir financièrement.