Obtenir un prêt: interdit bancaire, fiché Banque de France FICP, RSA, chômeur, handicapé ?


Emprunter en étant chômeur, ou obtenir un prêt pour interdit bancaire et FICP auprès d’une banque classique, relève parfois du miracle. En effet, comment s’acheter une voiture en étant au RSA alors que presque tous les organismes financiers demandent un CDI pour prêter de l’argent. A chaque difficulté correspond toujours une batterie de solutions, plus ou moins faciles à mettre en marche. Nous posons ici la première pierre, celle de l’information.

 

Prêt pour fiché Banque de France FICP


Le prêt pour FICP est toujours au centre d’une certaine polémique. La raison principale reste cette inscription à un fichier Banque de France qui n’est qu’informative. Rien n’interdit à une banque de consentir un crédit à une personne inscrite sur le fichier des incidents de remboursements de prêts si le cœur lui en dit. Sauf qu’en pratique, une telle inscription génère le plus souvent un refus poli mais ferme de la part de son banquier. Alors, comment emprunter en étant fiché BDF si l’on n’est qu’ FICP ?

 

Offres de crédit pour fiché Banque de France

Si toutes les portes du crédit se ferment en France, il reste la solution du prêt pour interdit bancaire à l’étranger. Bien sûr, une banque étrangère pour FICP n’existe pas en tant que telle. Toutefois, l’ouverture des frontières a donné cette possibilités aux français qui le souhaitent de pouvoir contracter des prêts ailleurs que dans leur pays d’origine, et dans le cas des français ou des belges, dans toute l’union européenne.

Parmi les pays qui accordent des crédits aux résidents de l’union, on trouve le Luxembourg, mais aussi la Suisse. Ces deux états fourmillent de banques qui regardent toujours les clients étrangers arriver d’un bon œil. Toutefois, faire un prêt en Belgique, ou vouloir emprunter de l’argent à une banque Suisse, ne se fera pas sans avoir de solides garanties à offrir. Un emploi et un lieu de résidence dans le pays reste le sésame pour décrocher un prêt.

Enfin, nous ne saurions que trop conseiller aux FICP de songer à se faire effacer du fichier de la BDF, en réglant ses dettes. Il sera ainsi possible de contracter un nouveau crédit en France. Cela facilitera largement la vie de l’emprunteur et représentera presque à coup sûr un gain économique, puisqu’il ne sera pas nécessaire de se déplacer à l’étranger pour régler les modalités de son emprunt. Toutefois, en cas de besoin d’argent en urgence, passer par un pays frontalier reste une solution de secours envisageable.


Prêt pour interdit bancaire


La véritable interdiction bancaire, au sens ou l’entendent la plupart des particuliers, reste celle qui génère l’impossibilité de faire des chèques, ou de payer par carte bleue. Elle résulte d’une inscription au FCC, sur le fichier de la Banque de France du même nom. Les raisons qui font que l’on est inscrit sont simples : chèques sans provisions, ou utilisation de sa carte bancaire au-delà du plafond (notamment en cas de découvert autorisé).

Les conséquences sont importantes : il est interdit aux banques ou aux établissements financiers de consentir à prêter une somme d’argent à toute personne fichée FCC. Le fichier est systématiquement consulté avant d’accorder un emprunt, donc pas la peine d’imaginer pouvoir y couper. Comme nous l’avons vu précédemment, la tentation de l’étranger peut-être envisageable. Les prêts entre particuliers représentent une deuxième alternative.

Prêt personnel pour les interdits bancaires

Comment faire un micro-crédit en étant interdit bancaire ? (ou un prêt plus important). Puisque les banques n’ouvriront pas le robinet à une personne FCC, il est possible de se tourner vers un proche, membre de sa famille ou ami, pour emprunter une somme d’argent. Rien n’interdit de se faire un prêt entre deux personnes consentantes, à condition que celui-ci soit réalisé en toute transparence, avant tout pour respecter les règles inhérentes à la fiscalité. Le mieux reste encore de rédiger le contrat de prêt en présence d’un notaire, ce qui constituera une preuve en cas de litiges entre l’emprunteur et le prêteur. Ne pas oublier d’indiquer la somme à rembourser chaque mois. Si il y a des intérêts de prévu, ces derniers doivent aussi figurer au contrat. Une petite digression concernant les intérêts : ils ne doivent pas être disproportionnés, et entraîner un taux supérieur à celui de l’usure.

Le recours à des organismes de prêt de particulier à particulier


Si on n’a pas dans son entourage une personne de confiance prête à prêter de l’argent, il est logique de penser à une plateforme de prêt PAP sérieuse et qui a déjà fait ses preuves. Prêt d’Union est un site qui revient par exemple fréquemment lorsqu’on évoque le prêt personnel sans passer par une banque. Il faut savoir que ces sites demandent les mêmes justificatifs que ceux demandés par les banques, donc l’inscription Banque de France rendra la transaction impossible.

Les prêts proposés sur les forums et les petites annonces par des particuliers inconnus ne doivent jamais êtres souscrits. Nous mettons en garde les particuliers qui veulent faire des crédits contre les nombreuses arnaques du net concernant le prêt entre particuliers. Ne jamais faire d’avance d’argent pour les frais par exemple. Une situation d’interdit bancaire est déjà assez compliquée à gérer comme cela, ce n’est pas la peine de l’aggraver.

Un prêt pour handicapé


Prêt handicapé

Nous avons rangé les personnes handicapées dans notre liste des particuliers qui peinent à obtenir un prêt, non pas à cause du manque de liquidité, mais souvent à cause des assurances qui refusent de prendre en charge les prêts pour handicapés. Le crédit conso pour une personne en invalidité sera plus difficile à obtenir que pour un valide. Les a priori sont encore bien ancrés dans les mentalités, et le système ne changera pas aussi facilement. Heureusement, des conventions et des prêts spécifiques existent pour contourner cette frilosité des banques à prêter de l’argent quand on a un handicap sérieux.

La convention AREAS

Ce n’est pas parce que une personne vit avec un handicap sévère, qu’elle n’a pas besoin de conduire, d’acheter une voiture ou d’équiper son logement. Même si l’accès à l’emploi est moins facile, des solutions doivent être trouvées pour vivre le plus normalement possible, et le crédit en fait partie.

C’est là où la convention AREAS peut s’appliquer, puisqu’elle permet de faire un crédit et surtout de l’assurer même en étant atteint d’une grave maladie, ou d’un handicap physique. La surprime d’assurance, qui augmente considérablement les mensualités de remboursement est ainsi évitée. Il est possible de faire agir la convention AREAS pour un petit prêt à la consommation, mais aussi pour une plus grosse somme d’argent, comme un emprunt immobilier par exemple.

Parmi les modalités d’obtention, il y a bien sûr le questionnaire de santé. Les petits prêts, inférieurs à 15 000 euros pourront s’en passer. Quant à l’âge, il ne faudra pas avoir plus de 70 ans au moment de la demande.

Le crédit d’impôt pour les handicapés

Sans être véritablement un prêt, puisqu’il ne s’agit pas d’apport d’argent frais, le crédit d’impôt n’est pas à négliger. Pour contrebalancer les assurances souvent plus chères pour les handicapés, l’état double le crédit d’impôt sur les intérêts d’un emprunt immobilier. Même chose quand on a besoin d’argent pour faire des travaux dans son logement, et adapter son espace de vie à son handicap. Une personne seule peut ainsi récupérer 5000 euros sur sa facture de travaux. Un petit coup de pouce qui peut éviter de contracter un crédit supplémentaire.

Crédit pour chômeur


Si obtenir un prêt pour un chômeur fiché Banque de France n’est pas chose aisée, on peut prétendre à des aides sociales, ainsi qu’à des crédits d’urgences si on peut les rembourser. Le mieux pour cela est bien sûr d’être chômeur indemnisé, les Assedics représentant parfois une bonne rentrée d’argent. La CAF, notamment, dispense des aides aux plus démunis lorsque la situation se fait urgente. Etre sans emploi fait partie des éléments déclencheurs.

Qu’elles sont les aides de la CAF

Niveau crédit, la CAF a mis le paquet : prêt d’honneur, prêt d’urgence, prêt pour s’équiper… Les chômeurs, à condition qu’ils bénéficient déjà d’une prestation sociale, qu’ils aient un ou plusieurs enfants à charge, et des revenus peu élevés peuvent en bénéficier. La plupart du temps, il faudra demander l’aide d’une assistante sociale pour mettre en place les demandes de crédits auprès de la Caisse d’Allocation Familiale de son département.

crédit chômeur

Ne pas oublier une chose avant de faire sa demande : ce n’est pas parce qu’il s’agit de la CAF que le remboursement des sommes prêtées ne sera pas demandé. Les crédits ne seront accordés que contre l’assurance d’un remboursement dans les délais prévus au moment de la mise en place de l’aide. Ainsi, les chômeurs qui n’ont pas de rentrée d’argent auront du mal à faire passer leur dossier. Mais pas de panique, les remboursements demandés par la CAF chaque mois sont peu élevés, les crédits accordés, comme le prêt d’honneur, n’atteignant jamais des sommes folles.

Que peut financer un prêt CAF ?

Quand on est chômeur, on est le plus souvent aussi demandeur d’emploi. Cela passe par une recherche active, et la meilleure façon de la faire, c’est encore de posséder une voiture pour se rendre aux entretiens, surtout quand on habite en campagne. Quand la voiture tombe en panne, il faut payer les réparations, le prêt d’honneur de la CAF peut venir financer cela.

Mais les aides d’urgence de la caisse d’allocation familiale peuvent aussi servir à autre chose que faire un crédit voiture quand on est au chômage. Comme par exemple, venir régler les factures en attente, celles qui sont primordiales, comme la facture EDF ou celle de gaz, afin d’éviter les coupures d’énergie. Même chose pour l’équipement de la cuisine : frigo, machine à laver, cuisinière. Le prêt d’équipement permet de régler ses soucis electro ménager, mais aussi ceux relatifs au mobilier de première nécessité, lit et table notamment.

Micro crédit pour RSA


Devenir propriétaire quand on est au RSA est un parcours du combattant ou une douce utopie, au choix. Faire un petit prêt entre plus dans les possibilités d’une personne qui touche le minimum social, car il s’agit bien là d’un revenu, même faible. Des associations, avec l’aide de l’état, notamment sur les garanties mettent en place des micros crédits permettant d’éviter que la situation ne dégénère. Ils peuvent aussi, dans le cadre d’un projet construit, mettrent le pied à l’étrier des personnes au RSA.

Comment obtenir un micro crédit ou un prêt social personnel pour une personne au RSA ?

Selon son projet, il faut contacter la bonne association, qui aidera à monter le dossier, et peut-être sollicitera le partenariat d’une banque. C’est la façon la plus simple pour obtenir un micro crédit, ces derniers pouvant aller, dans certaines circonstances, jusqu’à 3000 euros. Elles sont nombreuses à apporter leur aide aux demandeurs d’emplois, qu’ils soient indemnisés au RSA ou non. Parmi elles, on peut citer les grandes associations caritatives, comme la Croix Rouge ou le Secours populaire, mais pas seulement. Certains petits crédits permettent de déjouer une partie bien mal engagée.

Le micro-crédit CRESUS

CRESUS, c’est une des principales associations pour régler les dossiers de surendettement, en aidant les personnes submergées par les crédits à monter le dossier, avant son dépôt pour étude à la Banque de France. Cette aide aux surendettés est primordiale, surtout avec les dérives qu’ont connues les crédits à la consommation ces dernières années, même si les choses rentrent progressivement dans l’ordre, avec l’accentuation de l’information du consommateur avant la souscription d’un crédit.

Ainsi, CRESUS peut aussi aider à l’obtention d’un micro-crédit. Le prêt d’une petite somme peut parfois éviter d’entrer dans la ronde du surendettement, procédure qui permet de s’en sortir, mais qui est longue et délicate.

Le micro-crédit pour créer son entreprise

Là, c’est l’ADIE qui s’en charge, en apportant son aide et son expertise aux demandeurs d’emplois qui veulent créer leur boîte, sans forcément en avoir les moyens financiers. Certains projets professionnels peuvent voir le jour sans forcément avoir besoin de beaucoup d’argent pour démarrer, et à ce titre, le micro crédit ADIE peut-être un plus. Le projet est soutenu par l’ADIE, qui ne se contente pas d’apporter une petite aide financière, mais participe aussi au montage du projet, notamment à l’étude de faisabilité. Se lancer dans l’entreprenariat, oui, mais avec un certain recul : condition principale pour ne pas aller droit dans le mur.