Refaire son nez (rhinoplastie) : prix et tarifs, remboursement sécu et mutuelles, gratuitement, sans chirurgie…

Cachez ce nez que je ne saurai voir. Une phrase qui ne sort pas d’une pièce de théâtre, mais d’un complexe partagé par des millions de gens, raison pour laquelle la chirurgie du nez a autant de succès. En effet, si elle est bien faite, le avant/après n’a rien à voir. Mais combien coute une rhinoplastie ? Car le prix d’une opération du nez peut réfréner même les plus motivés, comme pour se faire soigner les dents.

Etre remboursé pour de la chirurgie esthétique par sécurité sociale c’est assez rare, à moins d’avoir une très bonne mutuelle. Quant à la CMU qui permet de se refaire son nez gratuitement, elle est réservée aux cas critiques. Enfin reste la question de l’intervention. Quel chirurgien choisir ? Une opération ratée est si vite arrivée. Les risques existent, même avec les meilleurs chirurgiens.  A suivre notre avis.

Les tarifs


Mettons de côté l’intervention gratuite, réservée aux grands blessés. Pour les autres, il faudra payer de sa poche. Hors, quand on est jeune et qu’on commence à travailler, ce genre d’opération esthétique a un coût qui est difficile à supporter.

Car en la matière, les dépassements d’honoraire sont fréquents, qu’il s’agisse de l’anesthésiste ou du chirurgien. Beaucoup de ceux qui souhaitent une rhinoplastie sont bloqués par le prix, et remettent l’intervention à plus tard. C’est un projet qui nécessite donc d’avoir un budget, mais aussi d’avoir été planifié à l’avance, pour ne pas se laisser déborder par la mauvaise surprise des tarifs, qui s’additionnent.

Notre conseil

Ne pas être obnubilé par les prix. Si un chirurgien est cher, c’est qu’il a de l’expérience. Il vaut mieux parfois payer un peu plus cher mais pouvoir se regarder dans une glace. Rappelons qu’il ne s’agit pas d’une opération anodine, mais de quelque chose qui se verra toute votre vie.

Le détail

Les prix différent selon la partie du nez qui va être impactée par l’intervention chirurgicale. Intervenir sur le cartilage ou sur l’os, ce n’est pas la même chose. Ceux qui sont déjà passés sur le billard pour la même chose peuvent également payer plus cher car il y a plus de risques.

Commençons par les consultations

C’est lors de la première qu’on vous remettra un devis. Il faut déjà compter environ 100 euros pour cela. Si vous décidez de vous lancer, comptez la même chose pour l’anesthésiste (anesthésie générale). Ensuite, viennent les frais d’hospitalisation et d’intervention. Vous devriez en principe rester 2 jours à l’hôpital.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’une partie de l’opération peut être prise en charge par la sécurité sociale, même s’il faut souvent demander une entente préalable pour cela (c’est au médecin conseil de la caisse de décider). Mais même si la sécu vous aide, les dépassements d’honoraires sont à votre charge, environ 3500 euros.

C’est là qu’intervient la mutuelle. Il faut lui demander son accord. Elle répondra après avoir reçu le devis. Comme elle freinent souvent des 4 pieds, il vaut mieux avoir la meilleure qui soi. Si vous n’avez pas d’accord, tentez de négocier un paiement en plusieurs fois avec votre chirurgien. Ils acceptent assez souvent de le faire.

Remboursements : Sécu, mutuelles, CMU…


Pour les victimes d’un accident, ce n’est pas une lubie ou un complexe. Il y a souvent une déformation au milieu du visage. On peut donc normalement penser que dans ces cas là, la sécu rembourse. On parlera alors de chirurgie reconstructrice et non plus d’esthétisme.

La prise en charge est alors tout à fait possible, mais c’est du cas par cas. Mais la sécurité sociale ne prend pas en charge que les traumatismes. Elle apporte son soutien dans d’autres cas : problème pour respirer, dysfonctionnement, déviation de la cloison nasale, malformations…

Votre chirurgien sera le mieux placé pour vous informer de vos chances d’être remboursé

C’est lui qui va signer le dossier qui sera envoyé à la sécurité sociale. Dans tous les cas, il faudra attendre la réponse du médecin conseil de la sécu. Celle-ci doit en principe intervenir dans les 2 semaines qui suivent la demande (celle-ci doit également comprendre un scanner afin de l’étayer au mieux), cachet de la poste faisant foi.

Plus il y a de documentation, mieux c’est. Il va vérifier qu’il n’y a pas de tentative de fraude et que l’opération est vraiment nécessaire. Le préjudice moral ou psychologique n’est plus pris en compte par l’assurance maladie. Les années fastes sont derrière nous.

Savoir où on met les pieds

S’il ne s’agit que d’une opération esthétique, à peu près tout sera à votre charge, même la première consultation. Pareil pour celui qui est à la CMU. Et prévoyez de la faire réaliser sur vos congés, car le médecin ne pourra pas vous faire un arrêt de travail pour cela. Il convient donc de savoir faire la différence entre un acte esthétique et de la chirurgie réparatrice.

Cette dernière est bien une reconstruction, le plus souvent suite à un accident ou à une malformation. Elle est remboursée à 100%, à condition de la faire réaliser dans un établissement conventionné (dans le cas contraire, pas de remboursement). La chirurgie esthétique, elle, relève du confort pure. Aucune raison médical à cela.

La complémentaire santé

Quelle est l’impact financier de la mutuelle ? Elle intervient sur les dépassements d’honoraires (qui sont systématiques). En fait, tout va dépendre de la garantie que vous avez souscrit. Lisez bien votre contrat pour savoir ce à quoi vous avez droit, ou dans le doute, téléphonez à votre mutuelle. Cette question de la prise en charge n’est pas anodine, surtout quand on voit les prix pratiqués.

remboursement mutuelle

Mais la mutuelle, elle aussi, va différencier les différents cas de la rhinoplastie. Le désir de changer sa morphologie passe assez mal généralement, mais tout est possible, donc renseignez-vous. Dans tous les cas, il convient de faire réaliser un devis et d’attendre le verdict une fois celui-ci envoyé. Si la réponse est non, il sera alors temps de casser votre livret A (de toute façon, à 0,75%, il ne rapporte plus rien).

A partir de quel âge ? Refaire son nez avant ses 18 ans


A 15 ou 16 ans, on est souvent mal dans ses baskets, et se pose la question de se faire refaire le nez. Reste que les parents s’inquiètent : ça peut faire un peu jeune. Après tout, se faire opérer du nez quand on est ado, c’est peut-être le regretter par la suite.

Ce qu’il est important de savoir, c’est qu’il est nécessaire d’attendre la fin de sa croissance pour se lancer dans ce grand projet. 16 ans, c’est donc peut-être un peu trop tôt, même si la plupart des filles ont déjà fini de grandir à cet âge là : mais qui peut l’assurer ? Pour les plus impatientes, 17 ans est un âge raisonnable. Encore mieux : attendre sa majorité.

La rhinoplastie secondaire : qu’est ce que c’est et à quel prix ?


Bon, depuis tout à l’heure, on parle de rhinoplastie, mais il y en a qui reviennent en deuxième semaine. Mais comme tout le monde n’est pas médecin, nous allons l’expliquer un peu mieux. La rhinoplastie secondaire intervient donc quand la première opération n’a pas donné le résultat escompté.

Pour 1 personne sur 10, il faut repasser par la case départ. Pour éviter cela, il faut commencer par ne rien cacher à son chirurgien au niveau de ses attentes, et cela, bien sur, bien avant l’opération. Après, une erreur technique est toujours possible, personne n’étant parfait. Il peut y avoir une mauvaise cicatrisation, où se passer des réactions que nul n’aurait pu prévoir.

Le chirurgien va donc remettre le couvert

Pour corriger les imperfections, en respectant les spécificités d’une deuxième intervention. Attention, celle-ci ne pourra avoir lieu directement après la première, il faudra attendre que la cicatrisation soit terminée. En effet, aller trop vite peut avoir l’effet inverse.

Comptez 6 mois pour pouvoir repasser sur le billard, même si 1 an c’est encore mieux. Bonne nouvelle : les irrégularités se corrigent avec une anesthésie locale, pas besoin de se faire ré-endormir complètement à nouveau.

Au niveau des tarifs, une simple retouche coûtera 500 euros. S’il s’agit de reprendre complètement le travail, cela demande à nouveau une hospitalisation est donc un prix oscillant entre 4 et 7000 euros en fonction du chirurgien.

Rhinoplastie ethnique : peau noire, asiatique…


Les peaux qui ne sont pas blanches ont des spécificités qu’il faut respecter. On parlera alors de rhinoplastie ethnique. Elle concerne les nez africains et asiatiques, et vise à ne pas déformer leurs spécificités mais juste à les embellir. En effet, demander un nez aquilin quand on a un nez épaté est ubuesque.

Il faut respecter ses origines. Par contre, il est possible de corriger la largeur (les narines trop larges), de remonter l’arrête nasale, de greffer du cartilage, de poser un implant nasal, d’enlever du tissu, de réduire la pointe du nez…

Au niveau de la méthode, l’opération est la même que pour un nez « européen » mais les techniques employées doivent respecter la morphologie.

Rhinoplastie fonctionnelle : prise en charge et remboursements par la sécu


On rappelle le grand principe pour ceux qui sont durs d’oreille : la chirurgie esthétique n’est pas remboursée par la caisse d’assurance maladie. Par contre, certaines choses peuvent être remboursées, notamment la Rhinoplastie réparatrice ou celle qui entraîne des difficultés pour respirer. Dans un autre genre, les femmes qui ont eu une ablution du sein suite à un cancer ont le droit à une chirurgie réparatrice.

prise en charge sécurité sociale

Pour en bénéficier, il faut faire les choses dans l’ordre. D’abord, aller voir son chirurgien qui va juger si oui ou non, les troubles sont assez conséquents pour justifier la demande de prise en charge. Ensuite, une fois le dossier rempli par le praticien, c’est au patient de faire la demande à son centre de sécurité sociale et de répondre à la convocation du médecin conseil si elle a lieu.

En cas d’absence de nouvelles sous 2 semaines, la demande est considérée comme acceptée. Attention : les dépassements d’honoraires restent à la charge du patient ou de sa mutuelle si celle-ci les prend en charge.

Sans chirurgie : la nouvelle tendance (injection d’acide hyaluronique)


A chaque année sa nouvelle technique. La mode aujourd’hui est à l’injection d’acide hyaluronique, qui ne nécessite aucune chirurgie particulière.

Attention : toutes les modifications ne peuvent pas être réalisées de la sorte. Il faut que celles-ci soient modérées. Pour ce qui s’agit de redresser une bosse, de redresser une cloison nasale, d’avoir un nez moins gros ou de faire une pointe de nez pointue, il faudra passer par la case chirurgie, avec l’anesthésie allant avec.

Concrètement comment ça marche ?

Il est possible de changer l’aspect d’un nez, en le remplissant avec des produits à base d’acide hyaluronique. Cette technique est parfaite lorsqu’il s’agit de corriger des imperfections. Cette technique est également réalisée par un chirurgien, les injections ayant lieu sous la peau. Il parait que cela ne fait pas mal, même s’il faut mettre un peu de crème anesthésiante avant la piqure.

Certaines personnes étant plus douillettes que d’autres, il est important de bien se renseigner sur la douleur éventuelle. Autre gros avantage : pas besoin de prendre sa journée : 1/4 d’heure suffit. Au niveau des effets secondaires, quelques rougeurs qui s’estompent rapidement. Après 2 semaines, une nouvelle injection permettra d’affiner le travail, même si le résultat se voit tout de suite. Et puis, pour les petits budgets, c’est quand même une technique qui coûte bien moins cher.

Naturellement: c’est possible? (bons plans beauté)


Existe-t-il quelque chose de miraculeux qui permet de se passer d’une opération couteuse et douloureuse ? S’accepter comme on est est gratuit, mais il faut en avoir la force mentale.

Voici des astuces pour les fauchés. D’abord le maquillage. Ca n’a l’air de rien, mais il est possible de faire des merveilles avec un pinceau et du fond de teint. Bien appliqué, on peut même faire croire que son nez est moins long qu’en réalité. Et pour donner l’effet contraire, il faut mettre son nez en lumière

Islam: autorisé ou pas ?


La religion peut parfois fixer des limites, surtout quand il s’agit de modifier son apparence. L’islam n’autorise pas à se faire refaire le nez s ‘il s’agit uniquement que d’une histoire de beauté. En effet, rappelons que pour la religion, l’homme et la femme sont des créations de dieu, et donc à ce titre, on ne peut modifier son apparence sauf si le défaut affecte la santé. Il faut donc s’interroger sur la finalité.

Que veut-on faire ? Réussir une opération ou devenir un canon de beauté ? Ceux qui agissent par orgueil devraient donc y réfléchir à deux fois, surtout s’ils sont croyants. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’embellir, mais de là à devoir se faire opérer pour cela, il y a quand même un pas à franchir. Tout est dans la mesure.

Chirurgie du nez à l’étranger


On peut choisir d’aller se faire opérer dans un autre pays pour faire des économies. Reste à savoir su le service proposé est à la hauteur des publicités qu’on peut trouver sur le net.

En Tunisie

Ici, on offre aux client un package complet qui comprennent l’intervention en elle même, le chirurgien, l’anesthésiste, mais aussi l’hôtel et la pension complète, histoire de joindre l’utile à l’agréable. Les prix tournent autour de 2000 euros la semaine. Vous n’avez plus qu’à investir dans un billet d’avion et le tour est joué. Et pour ce prix là, on vient même vous chercher à l’aéroport.

En Iran

L’esthétisme et la chirurgie allant avec explose dans le pays. Celui-ci s’ouvre à toutes les techniques et les iraniennes en particulier sont friandes d’innovations. On dit même qu’en terme d’intervention, l’Iran arrive juste derrière les USA. Car ce ne sont pas les riches iraniennes qui s’y adonnent mais bien une classe moyenne qui souhaite le meilleur et qui en a les moyens financiers.

Le visage est la seule partie du visage qu’on peut voir car les femmes portent le voile, raison pour laquelle elle prêtent une attention toute particulière à leur apparence. Il faut dire que la publicité les en abreuvent. Pour une opération du nez en Iran, comptez 1500 euros.

Au Liban

Encore une autre capitale de la chirurgie esthétique dans le monde : Beyrouth. Aller consulter un chirurgien esthétique y est devenu très banal : botox, opération des seins, du nez…

Les chirurgiens y sont considérés comme de véritables stars du bistouri et les meilleurs sont connus dans tout le pays. Même les banques participent à cet engouement en mettant des prêts à la disposition de ceux qui souhaitent se faire refaire quelque chose. Quant au tourisme médical, il prend tout son essor : il faut dire que les équipements sont à la hauteur.

Au Maroc

Il y a des cliniques dans les principales villes du pays. Rappelons que pour les français, il n’est pas nécessaire d’avoir un visa pour s’y rendre. Pour les règlements mieux vaut avoir des espèces sur soi, car les cliniques n’acceptent pas les chèques. Pour 6 jours en pension complète, une rhinoplastie coute 2200 euros. L’hébergement est prévu dans un hôtel 4 étoiles. Possibilité de loger dans un riad en payant un supplément.

Vous n’aimez pas votre nez ? Pas de panique, il est possible de le refaire, mais il faut en avoir les moyens. Prévoyez de prendre quelques semaines, pendant vos vacances par exemple, histoire de ne pas effrayer vos collègues avec votre énorme bandage au milieu de la figure !