Le RSA et la Prime Pour l’Emploi (PPE) en 2017

Le montant du RSA en 2017 inquiète les chômeurs de longue durée, qui s’interrogent sur une éventuelle revalorisation à la hausse. Toucher le RSA quand on est en fin de droit, c’est un peu comme gagner le SMIC, on est dans la galère (même s’il y a une différence de montant). Il est tout a fait possible que le revenu de solidarité active ne soit pas augmenté en 2017, tant que l’inflation restera aussi basse. L’aide aux demandeurs d’emploi va-t-elle bouger cette année, et qu’est-il advenu de la très controversée prime pour l’emploi, la fameuse PPE ?

L’aide aux travailleurs pauvres


Parmi les aides que pouvaient obtenir les chômeurs qui retrouvaient du travail après un moment plus ou moins long d’inactivité, on trouvait le RSA activité et la prime pour l’emploi, qui étaient distinctes l’une de l’autre. Elles se complétaient et venaient augmenter le revenu mensuel du travailleur pauvre, à condition qu’il ne gagne pas plus que le SMIC horaire.

La prime pour l’emploi en 2017 a maintenant fusionné avec le RSA pour donner la prime d’activité, le but étant de « mieux aider » ceux qui travaillent et qui ne gagnent pas beaucoup d’argent chaque mois.

Qu’est-ce que le RSA activité ?


Le RSA activité est là pour assurer un minimum de revenu à quelqu’un qui travaille, mais qui ne touche qu’un petit salaire, ne lui permettant pas de sortir de la pauvreté. Ses détracteurs disent que peu de personnes en profitent, à cause des démarches administratives compliquées pour le toucher.

Qu’était la prime pour l’emploi ?

La prime pour l’emploi est exactement a son opposé. En effet, celle-ci était versée sous la forme d’un crédit d’impôt, à tous ceux qui avaient cumulés un certain nombre d’heures de travail dans l’année, mais qui au final n’avaient pas touché beaucoup d’argent pour cela.

Beaucoup de personnes en France ont bénéficié de la PPE et cela a coûté cher à l’état qui voudrait mieux cibler les bénéficiaires de cette aide.

Vers une augmentation du RSA en 2017 ?


PPELe dispositif est appelé à être réformé, et si ce n’est pas en 2017, ce sera pour l’année d’après. Il paraît que c’est nécessaire pour lutter contre la pauvreté.

A croire que comme la réunionite dans les entreprises, la réformite est un mal français qui ne connaît pas de fin.

En tout cas, le RSA activité et la PPE ont complètement disparu, remplacés par la prime d’activité. Ce sont certains députés qui ont milités pour les regrouper en une sorte de prime d’activité unique et ouverte à toutes les personnes majeures. Il serait donc possible de toucher cette aide à partir de 18 ans.

Quel montant, et dans quelles conditions ?

Ne rêvons pas. L’aide aux travailleurs pauvres n’atteindra jamais des sommets, mais c’est un petit coup de pouce dont on besoin bien des familles en France, pour améliorer l’ordinaire et s’en sortir au quotidien.

La prime d’activité est à la base de 524 euros pour une personne seule, somme à laquelle s’ajoute tout un tas de majorations, et permet à une personne qui gagne moins que le SMIC parce qu’elle ne fait pas assez d’heure de s’approcher du salaire minimum (ou un peu plus que le SMIC selon la composition de la famille).

Pourquoi avoir remis en cause la prime pour l’emploi ?


Tout comme le RSA activité, cette dernière n’a pas toujours convaincu quant à son efficacité pour lutter contre l’exclusion. Enfin, c’est ce qui se dit dans les hautes sphères, et il n’en fallait pas plus, crise oblige, pour geler son augmentation avant de la faire disparaitre.

Rappelons que la PPE était calculée sur l’année n-1, et qu’il y avait donc un décalage d’une année entre le travail effectué et son versement effectif, la situation financière du bénéficiaire pouvant changer du tout au tout durant ce laps de temps.

La PPE coûtait donc très cher à l’état, pour une efficacité pour sortir de la pauvreté (ou de la modestie sociale) qui n’était pas clairement démontrée.

Un problème de montant

Qu’est-ce qui fait passer une personne du statu de pauvre à celui de modeste ? Le montant de la prime d’activité ne change radicalement le quotidien de pas grand monde, voire de personne. En moyenne, un bénéficiaire touche un peu plus de 500 euros.

C’est faible, d’autant plus que tout augmente, taxes et prélèvements en tête. Alors ne vaudrait-il pas mieux la revaloriser ? Ca fait partie des mesures qui pourraient être prises, pour contrebalancer la fiscalité galopante qui touche de plus en plus de foyers fiscaux.

Les problèmes rencontrés par le revenu de solidarité active


prime pour l'emploiLe RSA existe depuis 2008. Le recul est donc désormais suffisant pour juger de son efficacité. Cette aide aux chômeurs de longue durée, entre autres bénéficiaires, n’est pas utilisée comme elle devrait l’être.

En effet, de nombreux bénéficiaires potentiels n’en font pas la demande, car ils considèrent, à juste titre, que les démarches administratives sont trop compliquées, notamment en ce qui concerne les justificatifs demandés. Et quand on vit dans la rue, pour retrouver tous ces papiers là, c’est une autre histoire.

Beaucoup disent que le RSA ne réduit pas la pauvreté, mais qu’au contraire, il l’entretient, en permettant à certains qui le touchent de tout juste survivre avec, mais de ne pas pouvoir améliorer leur situation personnelle.

D’autant plus que de moins en moins de personnes y ont droit (même si les pauvres augmentent) à cause des plafonds. Ainsi, les couples mariés ou ceux qui vivent en concubinage sont fortement impactés par des règles d’octroi qui ne sont pas adaptées.

Ce qu’il faudrait faire comme réformes


Il faut en augmenter les montants, il n’y a pas d’autres solutions à mettre en place. Mais passer de 500 à 800 euros, cela changera-t-il les choses en profondeur ? Pas certain.

De la même façon, il faudra bien finir par élargir le nombre de bénéficiaires, en changeant la façon de calculer les seuils. Un nouveau barème, indexé sur l’inflation, serait une première bonne mesure. A défaut de gagner du pouvoir d’achat, il serait déjà bien de ne pas en perdre.

Le RSA en 2017


On a beaucoup parlé de la prime d’activité, mais que va devenir le RSA, au-delà des effets d’annonces ? Il est prévu qu’il augmente pendant ces 5 prochaines années, afin qu’il atteigne au moins la moitié d’un SMIC.

A l’heure actuelle, le RSA socle est de 461 euros pour une personne. Mais ce montant peut être légèrement augmenté si le titulaire du RSA a des enfants à charge.

Un effort fait en direction des jeunes

Le chômage des jeunes est difficile à admettre dans notre société, surtout qu’il est important. La garantie jeune va ainsi leur permettre de toucher une somme d’argent égale à celle du RSA au minimum si ils acceptent la proposition de travail qui leur sera faite.

En complément : les aides sociales pour les pauvres


Il y a le RSA, mais pas seulement. Les personnes en situation difficiles peuvent aussi compter sur les logements sociaux, qui devraient augmenter de 150 000 euros par an. Même chose pour les places d’hébergement d’urgence et celles en centre d’accueil.

Les propriétaires qui hésitent à louer leur logement à des personnes économiquement instables peuvent faire jouer la garantie des risques locatifs, la bailleur profitant ainsi d’une garantie en cas de problèmes.

La CMU

Concernant la CMU, elle devrait bénéficier à plus de personnes en 2017, puisque les revenus pour être éligibles seront élargis.

Enfin, un effort est fait pour lutter contre le surendettement, avec la création d’un fichier qui regroupera tous les prêts en cours contractés par les particuliers.


Vous êtes en grande difficulté financière ? Ne pas avoir de travail, ou vivre seule avec peu de ressources, autant de cas difficiles qui peuvent générer des aides sociales financières. Pour en savoir plus :


Au RSA, et des difficultés à consommer, et à emprunter ? Les banques ne sont pas la seule alternative pour avoir un crédit quand on n’a pas de CDI :


2017 nous réserve sûrement encore d’autres surprises. Reste à savoir si cela sera à la hausse, ou à la baisse.