CAF de l’Essonne 91: le prêt à l’amélioration du logement, l’aide unique à l’habitat et l’aide au projet d’insertion du jeune (APIJ)

CAF de l’Essonne 91: le prêt à l’amélioration du logement, l’aide unique à l’habitat et l’aide au projet d’insertion du jeune (APIJ)
Évaluez cet article

Certaines Caisses d’Allocations Familiales (CAF) proposent des aides financières spécifiques à l’attention de ceux qui touchent des prestations, afin de leur permettre de s’installer dans un nouveau logement, de le meubler, d’acheter du matériel électroménager, ou de réaliser les travaux nécessaires. Les allocataires peuvent ainsi faire face aux premières dépenses, même lorsqu’ils n’ont pas le budget nécessaire pour cela.

Du côté des jeunes, tout est fait pour les aider à s’insérer professionnellement et économiquement s’ils sont en difficulté.

Attention toutefois

Chaque caisse organise son budget, et les prêts peuvent varier dans leur intitulé et dans leur montant d’une CAF à l’autre. Où que vous vous trouviez en France, appelez la CAF de votre département pour savoir ce qu’il en est avant de vous déplacer (et attendre parfois longtemps pour rien).


L’aide unique à l’habitat

Il y a des dépenses obligatoires quand on prend un logement. Or quand on ne touche que le RSA, comment y faire face ?

Certaines CAF ont pris le problème à bras-le-corps en proposant à ceux qui rencontrent de grandes difficultés financières un prêt unique à l’habitat, pour résoudre notamment leur problème d’équipement.

Pour y avoir droit, vous devez être allocataire et avoir au moins un enfant à charge. Pour les femmes enceintes, cela fonctionne aussi. Reste la question du quotient familial : entrez-vous dans les clous ? Oui, si vous ne dépassez pas ce qui est fixé (le montant peut être différent selon les caisses).

Comment ça se passe ?

Concrètement, vous devez avoir en votre possession un devis qui correspond à vos besoins (à demander au commerçant). Veiller à ce qu’il ne dépasse pas la somme requise par la CAF. On peut aussi vous demander d’être capable d’apporter au moins 10 % de la somme.

Pour toutes questions supplémentaires, et pour avoir le formulaire à remplir, contactez votre caisse.

Le prêt à l’amélioration de l’habitat

Il est un peu différent du précédent, puisqu’il concerne les travaux éventuels qui permettent de rendre un logement salubre. Propriétaires comme locataires sont potentiellement éligibles à ce prêt.

Attention : le fait de percevoir des APL (Aides Personnalisées au Logement) ou le RSA (Revenu de Solidarité Active) ne signifie pas que vous allez pouvoir demander ce genre de prêt. Il est réservé à ceux qui touchent déjà une prestation familiale.

Quel montant ?

Il couvrira 80 % de vos dépenses dans la limite fixée. Dans notre exemple, le plafond est ainsi de 1 067 €, qu’il s’agisse de travaux d’isolation ou de chauffage. Son versement intervient avant les travaux quand vous avez le devis, mais seulement pour moitié. Le solde est versé quand tout est réalisé et que vous pouvez fournir la facture à la CAF.

Vous aurez le temps pour rembourser puisque la durée de remboursement peut s’étendre à 36 mois. 

Si vous êtes assistante maternelle, sachez qu’il existe aussi des prêts à l’amélioration de l’habitat qui permettent de faire les travaux nécessaires afin de pouvoir accueillir des enfants dans votre logement.


Aide au projet d’insertion du jeune

Dans un autre genre, on retrouve cette aide destinée aux jeunes ayant entre 14 et 21 ans qui habitent toujours chez leurs parents, et qui restent encore à leur charge.

Elle concerne tous les projets, qu’il s’agisse de se former, de trouver un logement ou d’avoir besoin de se déplacer pour aller travailler par exemple.

Le but étant de permettre l’insertion du demandeur, un diagnostic complet des besoins sera réalisé par la CAF qui offre cette prestation. Concrètement, son intervention va se matérialiser par une prise en charge d’une partie des dépenses nécessaires.

Sachez qu’il ne sera pas toujours obligatoire de la rembourser car il peut parfois s’agir d’une subvention. Si tel est le cas, vous le saurez au moment de la signature du contrat, et en fonction de votre situation et de vos capacités contributives.

À lire aussi : le RSA jeune actif.